Retrouvez ici les témoignages des membres de l'aéroclub.

Vendredi 9H, je découvre un mail de la DGAC de Bordeaux : votre examinateur est désigné.
Cela sera peut-être un peu court pour le WE qui se profile, les prévisions sont pourtant au beau fixe.
L’examinateur est du même avis que moi, ne jamais reporter au WE suivant ce que la météo permet le surlendemain.
Un peu plus de 2 ans après mon 1er vol en instruction, le jour J sera le dimanche 23 Avril 2017.
RDV est pris : 10H à l’aéroclub.
Samedi sera studieux : après-midi consacrée à quelques simulations de pannes en campagne et soirée à préparer une navigation aux petits oignons, un grand classique : la Rochelle – Poitiers – Angoulême.
Réveil matinal et café vite avalé, dossier de vol prêt, la météo n’est pas aussi bonne que prévue : vent variable et soutenu.
Ma femme me fait remarquer que je semble un peu stressé, peut-être…
Visite pré-vol, appoint d’huile et verrière rutilante, ce bon vieux Lima-Québec, l’avion de mes premiers solos et nav en solo, est paré (c’est fort dommage qu’il nous quitte bientôt).
Cela tombe bien, Arnaud, mon examinateur est arrivé.
1H de briefing et nous décollons vers 11H30.
La première branche jusqu’à Poitiers se déroule sans encombre, même si nous sommes scotchés par un vent qui a tourné à l’est.
Je demande à Poitiers info les paramètres : piste 03 en service et vent du 090°, 17 Kn, rafales à 25 !
Je transpire un peu pendant l’approche mais le toucher est propre.
A peine les gaz remis et la rotation effectuée, c’est l’exercice de panne au décollage.
On dirait que l’examen vient de débuter.
Cela se confirme ; cap vers Angoulême et le moteur est à nouveau en panne ( fictive ), en campagne cette fois.
Puis c’est la météo (fictive) qui nous oblige à nous dérouter sur Niort.
Après quelques tours de piste, les exercices de maniabilité débutent et s’enchainent.
Cap retour vers La Rochelle, je serai presque sur le point de me relâcher, que nenni, le couperet de l’IVV tombe (interruption volontaire de vol). Terminé ? Presque : l’atterrissage à la Rochelle se fera sans les volets.
Vient l’heure du debriefing qui commence par le verdict : je suis reçu !!!!!!
Suivent les points positifs et ceux à améliorer.
Juste la première étape d’une longue vie de pilote en somme.
Un grand merci à mes instructeurs Théo, Christian et Alain……..

Adrien – 23 ans – Membre de l’aéroclub depuis novembre 2014

 

Après 2 années de travail intense en classes préparatoires scientifiques à Nantes, j’intègre en septembre 2014 l’école d’ingénieurs de La Rochelle (EIGSI).
Passionné par les avions depuis mon plus jeune âge et après de longues heures passées devant Microsoft Flight Simulator, il était temps de se confronter à la réalité.
C’est donc tout naturellement que je décide de franchir le cap et d’entamer une formation de pilote au sein de l’aéroclub de La Rochelle.

Mon instructeur, Alain Brochot, m’a permis d’apprendre toutes les notions du pilotage et je tiens à le remercier chaleureusement pour son accompagnement tout au long de mon parcours.
Le 2 Février 2015, après 8h de vol au compteur, je suis lâché sur notre fidèle F-BSLQ et, après avoir passé le théorique PPL, j’obtiens mon Brevet de Base en Août 2015.
Il est alors temps pour moi de prendre quelques mois de « congés » aux Pays-Bas pour un semestre d’études à Rotterdam.

De retour à La Rochelle, je décide de poursuivre ma formation de pilote. Les heures de vol en double commandes, solo et nav s’enchaînent sur le superbe DR400 F-HAJC fraichement acquis.
J’ai également pu découvrir les joies du vol de nuit et de la voltige avec Louis Vanel.
Le 30 Mai 2017, avec 52h de vol, je me suis présenté au test PPL avec comme examinateur Patrice Bailly. Les conditions météo sont bonnes et malgré quelques turbulences et petits écarts de trajectoires le vol entre La Rochelle, Angoulême et déroutement à Niort se déroule bien ainsi que les exercices de maniabilité et l’issue est un succès.
Pour mon dernier jour à la Rochelle, la tristesse du départ est vite consolée par ma réussite à l’examen PPL.

Me voilà maintenant parti pour 6 mois de stage au sein de Safran Aircraft Engines à Evry. Mais heureusement l’aérodrome de Melun Villaroche n’est pas loin…(le webmaster qui y a appris à voler confirme que le CAPV est un endroit sympa et que la longueur des pistes à LFPM ne devraient pas trop dérouter Adrien).
Entre les cours, les stages et la vie associative de mon école dans laquelle j’étais fortement impliqué, le temps m’a manqué pour participer aux nombreux événements organisés par les membres de l’aéroclub.
J’ai beaucoup apprécié la vie très riche et dynamique de l’aéroclub et je garderai un excellent souvenir de mon passage.

Bonjour je m’appelle Quentin POUVREAU, j’ai 21 ans et je suis étudiant en 3ème année de licence informatique à l’Université de La Rochelle .
J’ai commencé le pilotage à l’âge de 17ans.

Dimanche 9 Avril, s’est déroulé mon test en vol PPL, partie NAVIGATION car j’avais déjà en poche la partie MANIA (ndlr : maniabilité), passée le 26 Janvier .
NAV prévue: un aller-retour La Rochelle / Cholet .
Le temps était idéal, pas un nuage, vent très faible avec de légères turbulences.
Je suivais ma route sur la carte , mes estimées étaient correctes jusqu’à ce que ma boussole commence à m’indiquer une erreur de 15° d’écart.
J’ai donc suivi ce cap erroné, et me suis retrouvé vite perdu !
Pas pour longtemps cependant, car j’ai appelé la fréquence de Nantes INFO afin d’avoir un cap vers Cholet.
Mon testeur a apprécié ma prise de décision et la manière de retrouver mon chemin.
Nous n’avons plus tenu compte des infos de la boussole durant la suite du vol retour qui s’est déroulé sans encombre !

Je suis passionné de conduite, quelque soit le type de véhicule. Mais ma préférence pour l’avion est depuis longtemps plus prononcée … sans doute par le fait d’avoir voyagé très jeune (dès 6 mois) sur long courrier .
J’ai en projet d’associer ma passion du vol avec mon futur métier ( la robotique ) et effectuer des voyages avec mes amis et ma famille.

Fragile, aussi bien à l’aspect général que l’instrumentation, c’est l’image qui m’invite à monter à bord en prenant soin de m’asseoir sans rien abimer.
Découverte de l’instrumentation, les manips vite enregistrées avec les conseils de Patrice, mise en route, radio, roulage puis alignement et pleins gaz avec un cran de volets !
Ca décolle vite, vitesse et première surprise : la forte pente de montée, supérieure à l’habitude.
– Ta vitesse, 120 ! Tiens-le ! Compense-le ! L’instructeur est vigilant et l’élève que je suis, avec mes 35 années de pilotage de p’tits avions basiques me ramène à mes débuts. Je garde l’oeil sur les instruments.
En palier, virages assez incliné et mise carrément sur la tranche par Patrice, à gauche à droite. Décrochage, il balade l’ULM comme une bicyclette pour démontrer sa mania.
Vent arrière, préparation machine, jusque là tout va bien ! Volets 1er cran.
– Regarde ta vitesse, 120, tu maintiens.
Bon je maintiens le nez sur le badin, étape de base, regard vers la piste et paf, distraction, ma vitesse augmente. Je tire, paf, trop lent. Houla, c’est très sensible !
– Ta vitesse ! Avec les volets, faut la respecter.
Ma vitesse, manette des gaz – un peu dure – zut trop vite, réduction, trop lent…
– Attention, il va s’enfoncer !
Il s’enfonce. Un peu de moteur, capot dans l’axe, ça touche. Hou, ça va vite !
– Allez c’est reparti.
Conclusion : faut en bouffer un peu pour se familiariser à cette nouvelle machine. Mais je constate que pour les nouveaux pilotes, ils auront moins de difficultés à passer de l’ULM vers le Robin que le contraire.
Excellent pour affiner son pilotage !
Merci PROF !

J’ai commencé ma formation pratique en juin 2015 avec l’objectif  d’obtenir mon PPL en moins de 2 ans ; il me semblait important de se fixer un objectif de durée de formation pas trop longue pour garder la motivation nécessaire à cet apprentissage. Après quelques mois de pratique je me suis également plongé dans la partie théorique en suivant les cours sur internet de l’institut Mermoz. Ainsi après plusieurs semaines de bachotage j’ai passé avec succès en février 2016 le test dans les locaux de la DGAC à l’aéroport de Bordeaux-Mérignac. Cette partie théorique est à la fois très intéressante car on découvre des domaines variés tels que la météo,  la radionavigation, la réglementation aéronautique, la conception des avions …. mais aussi comme tout examen fastidieuse car il s’agit de restituer en peu de temps des données apprises par cœur.

Fin 2016 on a lancé ma demande de test ppl auprès de la DGAC et après quelques aléas (2 changements d’examinateurs, plusieurs reports de dates de tests)  le jour du test « officiel » est enfin arrivé. Cela s’est donc passé le lundi 17 juillet 2017 soit approximativement 2 ans après le début de ma formation.

Mon examinateur est FI au club de Rochefort et a déjà eu l’occasion de faire passer des test PPL à des membres du club de La Rochelle ; le retour sur la façon dont il évalue les élèves pilotes était plutôt rassurant.

Au programme du test du grand classique : navigation La Rochelle / Poitiers et au retour détournement vers un aérodrome à définir en vol qui sera finalement Fontenay Le Comte.

Compte-tenu des multiples reports j’avais eu maintes fois l’occasion de préparer le briefing du vol avec tous les documents à présenter, aussi, cette partie s’est  déroulée sans difficulté.

Les conditions météo étaient favorables avec un vent du 100 ° et 13 kts on a donc pu embarquer sur le GAVI pour le vol en direction de Poitiers. Après décollage je me suis rendu compte que je n’avais pas mis en service le GPS je pose donc la question à l’examinateur s’il est d’accord pour que je le mette tout en étant persuadé que la réponse serait négative et surprise il m’a répondu OK ; j’ai donc mis en service le GPS ce qui n’est pas évident à faire en vol sur cet avion, heureusement qu’il était programmé sur LFBI. Ainsi la navigation en direction de Poitiers a été réalisée sans problèmes à 2500 ft.

A l’arrivée on a fait un toucher sur la piste 03, il se trouve qu’il y avait un avion de chasse qui allait également faire un toucher  on a donc dû rapidement à la montée tourner vers la droite (au-dessus de la ville) afin de dégager l’axe de la piste. Ensuite direction La Rochelle au cap 250  et tout en étant encore sur Poitiers l’examinateur m’a indiqué un détournement vers Fontenay-Le-Comte avec VOR et GPS en panne. J’avais en tête le cap donc facile de prendre le bon cap puis j’ai sorti la carte, pour tracer la navigation ; à ce moment j’ai eu droit à une remarque du FI car il y avait un avion plus bas signalé par la tour et je n’avais pas pris le temps d’avoir un contact visuel car occupé à tracer la navigation.

Direction Fontenay-Le-Comte sans VOR ni GPS avec cependant une bonne visibilité. A l’approche de Fontenay j’ai eu un doute à savoir si je ne m’étais pas écarté de la route mais je suis rapidement rassuré en voyant au loin un aérodrome qui ne pouvait être que celui de Fontenay. A l’arrivée sur Fontenay pas de trafic,  j’ai fait une verticale terrain pour voir la manche à air : atterrissage en 09. Petit cafouillage dans l’approche car je ne suis pas parti du bon côté pour m’intégrer dans le tour de piste et rapide correction pour intégrer le tour de piste en vent arrière et faire un toucher en 09. J’ai eu droit à une simulation de panne au décollage puis remise des gaz et exercice d’encadrement en PTE. La 1ère PTE j’étais trop court donc rebelote pour une 2ème un peu longue mais finalement réussie.

On est ensuite reparti en direction de La Rochelle pour des exercices de maniabilité :  vol sans visibilité, décrochages, panne en campagne, interruption volontaire de vol… Après plus de 2 heures de vol ce dernier exercice a été un peu laborieux, il a donc fallu s’y reprendre à 2 fois pour le réussir.

La dernière épreuve à l’arrivée sur La Rochelle sera un atterrissage en 09 sans volets, réalisé sans difficultés puis retour au parking de l’aéroclub. Après avoir coupé le moteur je regarde l’examinateur pour connaitre le verdict et là soulagement c’est réussi !!!

Retour à la salle de debrief la chemise trempée car il faisait particulièrement chaud ce jour, pour remplir les documents administratifs et avoir le sésame qui me permettra de repartir seul en vol.

La prochaine étape sera un lâché sur le DR400 HAJC en vue de réaliser  une « grande » navigation en famille.

Je remercie mon instructeur Alain pour sa patience et tout le temps consacré à ma formation ainsi que tous les bénévoles du club qui font vivre au quotidien l’aéroclub de La Rochelle et prennent des initiatives pour le faire évoluer.

Baptiste, 15 ans, jeune pilote à l’aéroclub de La Rochelle Île De Ré. Pilote tout les mercredis afin d’obtenir son permis LAPL avec lequel il pourra voyager partout en France.
Avec plus de 7h de vols au compteur, sa passion pour les avions se confirme. En effet, Baptiste a pour objectif de devenir pilote d’avion de ligne.
Ses cours de pilotage lui permet non seulement d’appendre ce qu’est le domaine de l’aviation mais aussi de s’évader.
L’aéroport de La Rochelle lui donne la possibilité d’admirer des vues somptueuses tels que l’Île De Ré, l’Île d’Oléron ou encore l’Île d’Aix et même Fort Boyard.